Octobre Rose : la naissance d'une licorne
Le Blog de la Licorne

Voilà ce soir j’ai mal au ventre, vous savez ce mal de ventre généré par le stress et l’angoisse.

Pourtant ma maman, qui avait toujours des expressions appropriées disait que, la peur n’évite pas le danger, certes, et qu’il ne fallait pas pleurer avant d’être battue ( drôle d’expression venue d’un autre âge ..).

Elle avait raison Maman, souvent. Certes la peur paralyse, rend sourd aux autres et au bonheur de savourer le temps présent. Mais elle n’évite rien, ne gomme pas l’épreuve. Bref. Demain j’ai rendez vous pour ma mamographie, comme tous les deux ans, et voilà c’est demain, ça passe vite deux ans… En même temps je me souviens parfaitement de la dernière mamo il y a deux ans. Je suis très proche de ma sœur.

Au cours d’une discussion anodine, je lui demande si elle a son ordo pour sa mamo. Elle me dit que cela fait très longtemps, qu’elle n’est pas raisonnable. Date prise, nous décidons d’y aller ensemble, faire sa mamo ensemble quelle super sortie ! Oui en fait, en souriant bien volontiers à l’idée de passer un moment toutes les deux, entre filles, avec petite séance shopping, un petit repas sympa… Bref, une belle journée.

Ce jour-là, programme respecté, nos ordonnances à la main, prendre la file d’attente, s’annoncer, aller s’asseoir pour patienter, faire le planning de la journée à passer toutes les deux et puis le traditionnel « Ah c’est moi que l’on appelle ! j’y vais, on finira la conversation tout à l’heure ! » ; le tout avec des échanges de grands sourires bienveillants.

Ma mamo se passe, se passe bien. Allez c’est fait. Je file dans la salle d’attente et j’attends ma sœur… J’attends… On trouve toujours trop longue l’attente… j’attends… Je commence à me dire que c’est anormalement long….Je perds le sourire…et si ?...Oui, mais non, allez…

Et puis je l’ai vue me rejoindre, la mine défaite et grave, immédiatement couverte par un « ça va aller ne t’inquiète pas ». Mais si je m’inquiète, j’entends que l’on prend rendez-vous pour la biopsie, un immense corbeau noir se pose sur vous, sans prévenir, bien sûr, vous le savez bien, c’est toujours les autres… J’ai accompagné ma sœur, Dominique, tout au long des différentes étapes, je ne l’ai jamais entendue se plaindre, j’ai dormi avec elle à l’hôpital, croisé toutes ces femmes, leur grandeur, leur sagesse et leur courage.

En fait à ce corbeau on lui parle, non, on le questionne sans cesse « Mais pourquoi ? » et on cherche. J’ai cherché, cherché à comprendre à tout prix et avide de savoir. Je n’avais pas idée qu’en attrapant ce petit fil ténu qu’est l’information, je serai confrontée à une pelote de cette taille, immense !

Ma sœur avançait dans sa radiothérapie, les brûlures et toujours le sourire. Le cancérologue dit sévèrement : "Madame, vous ne devez plus utiliser le gel douche parfumé, plus de déodorant, plus de maquillage, plus de lait pour le corps …" Ah nan mais sérieusement, c’est la double peine : elle doit affronter la douleur et en plus s’abandonner, supporter ses odeurs corporelles que l’on ne connaît plus à grands renforts de nos produits…Toxiques !

 

Car oui, en détricotant la pelote de laine, on découvre que ce petit geste quotidien après la douche, ce petit roll-on si glamour tout rose, ou ce dernier nouveau stick qui est faaaantastique, on découvre que ce déodorant est une bombe. Non, pas de la bombe ( ah, les anciennes expressions ont la vie dure ! ) c’est une bombe chimique de destruction… de notre corps !

 

Alors oui, malheureusement ma sœur n’était pas la seule dans ce cas. Il y avait forcément dans le monde, un déodorant qu’elle pourrait utiliser, un lait pour le corps, un gel douche. La Licorne était en gestation et je rentrais en guerre, ou en croisade peut-être. Trouver les produits les plus sains pour ma sœur et toutes les autres sœurs, filles, mamans et même les hommes ! Voilà, j’ai cherché dans le monde entier les produits les plus sains, les plus clean, les produits toxic-free, mais efficaces, abordables, sans perturbateurs endocriniens et autres phtalates. Et je les ai trouvés. Pour ma sœur bien sûr, avec tout mon amour.

La Licorne de Victorine était née

 

J’ai donc décidé d’ouvrir cette petite boutique ( trop mignonne mais petite ), de proposer les meilleurs produits, et comme je le disais pour les croisades, de véhiculer un message et d’expliquer. Cynthia ma plus proche collaboratrice et moi-même sommes ravies de voir une jeune fille, une jeune maman changer ses habitudes de produits cosmétiques, produits de soins, produits pour la maison… la pelote était détricotée, La Licorne était née et elle vit grâce à vous toutes et tous qui changez vos habitudes !

Donc voilà pour demain j’ai mal au ventre, mais sans nul doute ma sœur sera là et on se dira que l’on s’aime. Et sans nul doute, le dépistage est une chance, je compte sur vous !


La Licorne de Victorine

10 rue de l'Argenterie - 64100 BAYONNE

Ouvert du mardi au samedi, de 10h00 à 19h00.

4 réponses sur l'article " {{article title}}"

  1. avatar Aurélie a écrit :

    Ce témoignage me mets les larmes aux yeux, moi qui ai été touché par le biais de ma mere il y a 8 ans et ma tante aujourd’hui…
    Cette boutique est un petit bijou !! Cynthia est merveilleuse, de très bon conseil, agréable et souriante ! Nous avons une chance incroyable de vous avoir auprès de nous !

  2. avatar Katrien a écrit :

    Merci de partager cette histoire! Cancer is a bitch, le cancer du sein traine dans la famille. Merci d’avoir ouvert votre boutique, Cynthia est une metveilleuse gérante et toujours plein de bons conseils! Je change petit à petit mes produits de soin corporel par des produits que je teouve dans la boutique et j’en suis ravie! Vive La Licorne xxx

  3. avatar dominique GUININ a écrit :

    J’épluche pourtant pas d’oignons, mais j’ai les yeux qui pleurent !!! Merci. Je t’aime *

  4. avatar Lucie a écrit :

    Quelle histoire touchante… C’est aussi très inspirant de voir que cette épreuve vous a permis de vous lancer dans cette aventure, pour en faire profiter tous vos clients !

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués (*) sont obligatoires *